Un tour de France archéologique en autochromes : la collection Albert Kahn

[Aqueduc de Mons à Fréjus ?], Alpes-Maritimes, France (?), Sans date, (Autochrome, 9 x 12 cm),
opérateur non mentionné, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 72 168

La collection d’autochromes (photographies couleur sur plaques de verre) conservée par le Musée Albert Kahn  offre pour la discipline archéologique un bel ensemble d’informations visuelles à l’échelle du monde (voir le billet Archives archéologiques de la Planète).

Pour la France, les vues liées à la thématique archéologique sont dispersées sur l’ensemble du territoire (actuellement 701 clichés  sur 103 communes françaises). Elles constituent un panorama assez succinct des sites, entre 1909 et 1931. La documentation est probablement dépendante des connaissances des photographes missionnés, ainsi que des choix qu’ils ont opérés sur le terrain. L’indexation actuelle du fonds des Archives de la Planète oriente aussi nécessairement notre perception d’ensemble.

Cartographie des autochromes dont les notices sont en rapport avec la France et l’archéologie : 701 enregistrements (extrait de : OpenData Hauts de Seine)

L’accès cartographique aux données témoigne d’une certaine disparité : l’archéologie serait mieux représentée dans certains secteurs, notamment dans le Sud-Ouest et sur les côtes bretonnes, ou encore en région parisienne. En réalité, on repère assez rapidement que quelques types de vestiges ou de collections, majeurs, ont été particulièrement documentés :

  • Les collections du Musée des antiquités nationales à Saint-Germain-en-Laye (aujourd’hui Musée d’archéologie nationale)
  • Les grottes et sites préhistoriques du Sud-Ouest : abris du Moustier et de Laussel, Les Eyzies, grottes de la Madeleine à Tursac, du Mas d’Azil, de Montesquieu-Avantès, de Niaux et Montespan, etc.
  • Les tumulus, dolmens et alignements mégalithiques des côtes bretonnes du Finistère et du Morbihan (Carnac, Er-Lanic, Locqmariaquer, etc.)
  • Les grands sites antiques du Sud-Est et d’ailleurs  : Pont du Gard, monuments des villes d’Arles, Nîmes, Autun, Bordeaux, Périgueux, etc.
  • Les ruines de châteaux et fortifications sur tout le territoire.

Enfin parfois, ce sont de petits trésors ponctuels, des portraits ou vues de musées, qui interpellent par leur caractère documentaire inédit.

NB : Les images présentées dans les galeries d’autochromes ci-dessous  sont extraites de [collections.albert-kahn.hauts-de-seine.fr]. Elles sont la propriété du Département des Hauts-de-Seine. Leur utilisation est soumise aux conditions explicitées ici.


1- Le Musée des Antiquités Nationales à Saint-Germain-en-Laye (Musée d’archéologie nationale)

L’opérateur Auguste Léon a été missionné au  MAN pour photographier des pièces de collection les 3, 6, 10 et 15 juin 1921, alors que le musée, créé par Napoléon III en 1867, va décliner des suites de la guerre. Il a produit au moins 53 clichés d’objets préhistoriques précieux, d’une grande qualité esthétique.  Les objets, isolés ou en série, sont disposés sur des fonds de couleur rouge ou grise pour s’en détacher avec netteté. Ce sont des pièces sculptées, gravées et taillées se rapportant à l’art préhistorique européen. Huit vues extérieures du musée sont également recensées dans le fonds Albert-Kahn mais ne sont pas documentées ni datées.

Ailleurs en France, d’autres musées “d’antiquités” sont parfois photographiés, comme à Paris, Tours, La Rochelle, Arles, Le Puy, Cluny etc.


Toulouse et les grottes du Sud-Ouest

Le photographe Georges Chevalier est missionné en Midi-Pyrénées durant l’année 1921. Les 25 et 26 avril, il prend des clichés dans les musées de Toulouse. Il y rencontre le célèbre préhistorien et archéologue Emile Cartailhac dont il établit au moins deux portraits couleur le 25 avril (et qui disparaîtra 7 mois plus tard). Il avait également rencontré le 17 avril, le comte Begouën et ses deux fils, préhistoriens, dont on peut supposer qu’ils ont servi de guides régionaux au photographe. Le 25 avril, Georges Chevalier photographie quelques objets prestigieux (torques de Lasgraisses et bracelets de Fenouillet par exemple) conservés par le musée d’archéologie (actuel Musée Saint-Raymond). Le 26, il est au Muséum d’histoire naturelle qui dispose de la toute première  galerie de Préhistoire, côtoyant la  “Vitrine des Singes“.

C’est Georges Chevalier toujours qui documente les grands sites préhistoriques du Sud-Ouest  lors de sa mission en 1916 avec Jean Brunhes et Auguste Léon dans les provinces françaises, puis en 1921 et 1923. Du 12 au 20 juin 1916, allant de Brantôme à Cahors, il passe par l’abri du Moustier à Saint-Léon-sur-Vézère, par l’abri de Laussel à Marquay, par la grotte de la Madeleine à Tursac, puis par les Eyzies de Tayac et notamment la grotte de Font de Gaume. Il photographie également le 19 juin les fouilles de l’oppidum de Luzech.

Cinq ans plus tard, en 1921, il  photographie avec la famille Begouën la grotte du Mas d’Azil (le 14 avril) puis celles du Tuc d’Audoubert et des Trois-Frères à Montesquieu-Avantès (le 15 avril puis du 27 au 30 septembre). Il se rend également en Ariège dans la grotte ornée de Niaux (7 octobre) puis, en 1923 dans la grotte de Montespan où viennent d’être découverts des reliefs en argile.


La Bretagne et ses mégalithes

Georges Chevalier effectue aussi plusieurs missions en Bretagne durant lesquelles il va photographier des mégalithes et tombes mégalithiques bretons. En 1920, missionné du 26 février au 17 mars puis du 29 mai au 15 juin, il produit au moins 10 clichés à Penmarch et Plomeur et 28 à Carnac (14 juin). Il repart en Bretagne avec le géographe Jean Brunhes  en 1924 et se rend dans la même journée, le 21 avril 1924, à Er-Lanic (18 clichés), à Locmariaquer (16 clichés) où il photographie la Table des Marchands, et enfin à Gavrinis (4 clichés). Les grands sites mégalithiques sont ainsi couverts d’une production importante. Il s’y ajoute des vues, sur l’ensemble du territoire français, de monuments mégalithiques isolés.


Les grands sites antiques du Sud-Est

Les diverses missions dans les régions françaises, entre 1916 et 1924 essentiellement, amènent les photographes à documenter les vestiges antiques en élévation les plus marquants dans le paysage. Les grands sites du Sud-Est de la France sont bien sûr représentés. Ce sont les amphithéâtres, théâtres, aqueducs ou temples d’Arles, de Nîmes, Nice (Cimiez), Fréjus, Vers-Pont-du-Gard, etc. Compte tenu de la qualité de leurs vestiges, les villes de Nîmes et d’Arles sont spécifiquement couvertes pour l’archéologie lors de la mission “Jean Brunhes, Auguste Léon et Georges Chevalier dans les provinces françaises en 1916″, avec au moins 45 clichés archéologiques pour la première, 14 pour la seconde. Mais c’est l’ensemble du territoire français qui est marqué par des constructions antiques monumentales préservées. Les autochromes en rendent compte à travers quelques exemples : Autun, Bordeaux, Cahors, Saintes, Reims, ou Guingamp.


Les ruines de châteaux et fortifications

Parfois indexés avec le terme “archéologie” ou l’expression “vestige archéologique”, les autochromes des ruines d’édifices médiévaux parsèment la collection des Archives de la Planète. Au gré des missions, des centres d’intérêt des photographes puis de l’enregistrement des clichés, les monuments ou vestiges sont documentés dans la collection. Les prises de vue sur cette thématique patrimoniale concernent bien logiquement toute la France. Les exemples pris ci-dessous sur l’ensemble du territoire en témoignent : châteaux de Grandcamp-Maisy (Calvados), Arques (Seine-Maritime), Château-Gaillard (Eure), Thann et Kayserberg (Haut-Rhin), Murol (Puy-de-Dôme), Sospel (Alpes-Maritimes), Luz-Saint-Sauveur (Hautes-Pyrénées), Sauveterre-de-Béarn (Pyrénées-Atlantiques), Domme (Dordogne), Cahors (Lot), Blanquefort (Gironde), Loches (Indre-et-Loire) et Guérande (Loire-Atlantique).

 

Pour clore ce tour de France archéologique dans les Archives de la Planète, on rappellera qu’il a été implicitement guidé par l’indexation actuelle des photographies. Il engage donc à des fouilles poussées dans la collection, sur des critères affinés d’ordres géographique, thématique ou nominatif, afin prendre de nouveaux chemins et de faire des découvertes visuelles précieuses pour la recherche archéologique actuelle.

 

Tableau de données sur les  enregistrements en rapport avec la France et l’archéologie (extrait de OpenData Hauts de Seine)

 

 



Citer ce billet
Émilie Trébuchet (2017, 4 octobre). Un tour de France archéologique en autochromes : la collection Albert Kahn. Le Scintillomètre (imarchéo). Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3um

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.