Archives archéologiques de la Planète : la collection Albert Kahn

En juin 2016 le Musée Albert Kahn mettait en ligne, sur la plateforme Opendata des Hauts-de-Seine et via son site web, la plus grande partie de sa collection d’autochromes (photographies en couleur sur plaques de verre), soit plus de 60 000 clichés sur une totalité d’environ 72 000, pris entre 1909 et 1931. On peut saluer cette initiative qui révèle au monde un véritable trésor visuel, humain et patrimonial.

Masque funéraire en or d’un roi de Mycènes : «masque dit d’Agamemnon» , Athènes (Musée national), Grèce, 28 juin 1927, (Autochrome, 12 x 9 cm), Georges Chevalier, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 52 146 S / [collections.albert-kahn.hauts-de-seine.fr]

Constitution d’une collection ambitieuse

Albert Kahn (1860-1937) fut un banquier fortuné, grand voyageur et pacifiste. Il a imaginé puis mis en oeuvre et financé, entre 1909 et 1931, une production originale d’images (autochromes et films en noir et blanc) qui forment aujourd’hui une incomparable collection. C’est le monde de son époque, avec ses particularités géographiques et sociales, que le banquier a voulu illustrer dans une volonté d’éducation et de diffusion des connaissances. Cent ans plus tard, le nom d’Archives de la Planète qu’il avait donné à cette collection prend tout son sens en nous apportant le témoignage visuel d’un état passé du monde.

Sous la direction scientifique du géographe Jean Brunhes, recruté spécialement par Albert Kahn, une douzaine d’opérateurs photographes, missionnés, parcourent une soixantaine de pays. Le programme scientifique de départ vise “à produire une documentation mise au service des sciences humaines […] et les missions sont “d’abord centrées sur l’enregistrement des pratiques religieuses, de l’architecture, des costumes ou de l’artisanat […]” (Perlès 2017 : 109). Les images, documentaires, sont vouées à être projetées et à servir de support à la connaissance du monde.

Les Archives de la Planète d’après par Jean Bruhnes : “Elles voudraient constituer une sorte de tableau réel de la vie à notre époque, qui demeure le monument par excellence de consultation et de comparaison pour ceux qui viendront après nous” (Bruhnes 1913, cité par Perlès 2017 : 109).

Des archives pour l’archéologie

Dans la banque d’images, 3464 enregistrements  répondant à la requête “archéo” (indexation ou texte de la notice comprenant les termes “archéologie” ou “archéologique”) sont actuellement en ligne, dont 1804 pour l’Europe, 588 pour l’Afrique et 1072 pour l’Asie. Nous portons ici un regard global sur cet ensemble documentaire.

Cartographie des autochromes dont les notices sont en rapport avec l’archéologie : 3464 enregistrements (extrait de : OpenData Hauts de Seine)

Vingt-cinq pays sont concernés par des photographies de sites et vestiges archéologiques. Ce sont pour l’essentiel les pays d’Europe de l’ouest, les pays méditerranéens et d’Asie centrale jusqu’à l’Inde. Les séries les plus prolifiques (si l’on prend par exemple les fonds supérieurs à 50 clichés) documentent des cités ou grands ensembles antiques et des collections muséales d’objets :

  • Algérie : Djemila, Timgad
  • Egypte : Karnak, Thèbes
  • Afghanistan : Hérat
  • Irak : Babylone, Assur
  • Iran : Persépolis
  • Liban : Baalbek
  • France : Saint-Germain-en-Laye (Musée des Antiquités Nationales)
  • Grèce : Athènes, Cnossos, Délos, Héraklion (Musée archéologique)
  • Italie : Pompéi, Rome
  • Suisse  : Lac de Morat

Galerie d’autochromes des sites mentionnés ci-dessus (extraits de  [collections.albert-kahn.hauts-de-seine.fr]) :

La série la plus importante est celle de l’île de Délos où 219 clichés ont été produits en 5 jours par un seul opérateur, Georges Chevalier, du 7 au 11 juillet 1927.  La Grèce, de manière générale, est très documentée pour l’archéologie. Avec 706 enregistrements pour  seulement 14 localités, on observe que ce sont les grands sites qui ont été photographiés de manière systématique.  Ces travaux de prises de vue ont semble-t-il été réalisés au cours de trois expéditions, en mai et octobre 1913, puis en juin-juillet 1927.

La France compte à peu près autant d’autochromes touchant au domaine de l’archéologie. On comptabilise 701 enregistrements, mais pour cette fois 103 localités. C’est donc plutôt un panorama de la France archéologique qui est à explorer (voir le billet Un tour de France archéologique en autochromes).

Tableau de données sur les 3464 enregistrements en rapport avec l’archéologie (extrait de OpenData Hauts de Seine)

A l’échelle du document, les  clichés sont des vues d’ensemble de sites ou de “quartiers”, des vues rapprochés d’éléments architecturaux et des photographies d’objets. Ils présentent généralement les vestiges de manière documentaire, sobrement mais avec une vraie recherche esthétique. La présence humaine est quasiment absente de ces photographies, l’ethnographie faisant l’objet dans ces archives d’une production spécifique. Enfin, plus original, les sites prestigieux sont assez fréquemment photographiés sous le soleil couchant, parfois à plusieurs reprises.

La grande colonnade au crépuscule, Palmyre, Syrie, 17 octobre 1921, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Frédéric Gadmer, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 29 693 S / [collections.albert-kahn.hauts-de-seine.fr]

Les Archives (archéologiques) de la planète sont ainsi d’une qualité exceptionnelle pour une discipline plutôt habituée au noir et blanc. L’intérêt des archéologues pour ces fonds ne devrait pas manquer  de répondre rapidement à la volonté du musée Albert Kahn d’enrichir ses collections : “A terme, la participation à la documentation et à l’enrichissement des collections des chercheurs ou des populations vivant sur les territoires photographiés sera évidemment indispensable […]. Elle permettra en effet d’introduire un dialogue critique sur ce matériau et d’en faire un objet de recherche partagé, lieu de coexistence de différents régimes de compréhension partagés“. (Perlès 2017 : 118)

Bibliographie :

Valérie Perlès. – Des “archives” au “musée”, analyse d’un glissement sémantique. Les cas des Archives de la planète, Transbordeur – photographie histoire société, Numéro 1 (Dossier « Musées de photographies documentaires » dirigé par Estelle Sohier, Olivier Lugon et Anne Lacoste), Association Transbordeur & Editions Macula, 2017 : 106-119.

NB : Les images présentées dans ce billet  sont la propriété du Département des Hauts-de-Seine. Leur utilisation est soumise aux conditions explicitées ici.

 

 



Citer ce billet
Émilie Trébuchet (2017, 11 septembre). Archives archéologiques de la Planète : la collection Albert Kahn. Le Scintillomètre (imarchéo). Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3ul

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.