Fouille archéologique dans les jardins magiques de Sanjin Cosabic

L’exposition “A ton étoile” de Sanjin Cosabic a été inaugurée le 20 mai 2017 près de Tours (Indre-et-Loire). “On y va”, car il reste peu de temps pour découvrir ce trésor de peinture contemporaine. Un trésor visuel qui mêle l’art à la science, la lumière à la géométrie, la phosphorescence à l’émotion, l’être humain au cosmos, la sémantique au labyrinthe…

Exposition “A ton étoile”, Chapelle Sainte-Anne : carton d’invitation.

Une chapelle expos(é)e

L’exposition prend place dans la chapelle Sainte-Anne à La Riche, commune limitrophe de Tours (Indre-et-Loire). C’est un lieu emblématique des modifications subies au cours des siècles par le patrimoine bâti. L’édifice religieux est en fait l’église préservée du prieuré Sainte-Anne, ensemble monastique dédié à Saint-Augustin, construit entre le 15e et le début du 16e siècle. Aujourd’hui masquée par les constructions et prise dans un habitat dense, elle était établie au bord du “ruau” Sainte-Anne, un important bras d’eau naturel qui reliait le Cher à la Loire avant d’être comblé à partir des années 1770.

Le prieuré vu du nord. Extrait de “La fort ancienne et noble ville de Tours appelée Jardin de la France” Gravure sur cuivre de C. Visscher, non datée (vers 1625). (Société archéologique de Touraine)
Image Google Earth

L’église a été transformée en demeure après la Révolution (1791). Elle est aujourd’hui un bien privé et intime que les propriétaires rouvrent au public comme espace d’exposition dédié à l’art contemporain. Belle évolution donc pour ce lieu dont la fonction artistique se trouve sans doute magnifiée par une vocation religieuse initiale. Ce mélange, dans un espace personnel ouvert au collectif, est subtil. Il oblige définitivement à s’interroger : mieux que la religion, l’art ne vient-il pas satisfaire aujourd’hui aux aspirations spirituelles de l’Homme ?

Ainsi, sous des revêtements récents apparaissent les vestiges d’une église amputée de son clocher. A l’intérieur s’exposent aujourd’hui les oeuvres d’un artiste peintre, lui aussi réchappé (de la guerre de Bosnie-Herzégovine), qui stratifie sa vision du monde et des humains, ses pensées, émotions, mythes et croyances. Un artiste, un fabricant de couches archéologiques, un archéologue des étoiles…

Vues de l’exposition – Entrée, sous-sol et premier étage.

Essai d’archéologie d’une image-magie

Quel rapport précisément entre la peinture et l’archéologie? Un lien très fort est souvent évoqué entre ces deux activités. Dans l’oeuvre de Sanjin Cosabic, il est sensiblement perceptible :

  • notions de couches, stratification d’idées et de matières (niveaux de lecture multiples, entremêlés), “sédimentation“,
  • présence de vestiges (cendres, paillettes…),
  • lien étroit entre les sciences et la perception de l’être humain,
  • exploration du temps par l’utilisation de techniques et supports picturaux chronologiquement décalés (peinture à l’huile sur toile, craie sur tableau noir, peinture UV invisible, peinture phosphorescente).

Au principe de l’esquisse se joint celui du chantier de la fouille archéologique dans lequel une histoire de l’image est reprise et questionnée sans cesse.” (Jérôme Diacre, Du carré noir à l’oeuvre au noir : à propos de la peinture de Sanjin Cosabic)

Pour comprendre l’évolution des sites archéologiques stratifiés, notamment en milieu urbain où les occupations se succèdent souvent sur de longues durées, l’archéologue réalise un travail de phasage. Il regroupe différentes couches ou niveaux observés (Unités stratigraphiques) pour définir des phases cohérentes d’occupation. On peut tenter l’exercice de présenter quelques peintures de Sanjin Cosabic en appliquant cette méthode sur deux toiles exposées dans la chapelles Sainte-Anne.

SANJIN COSABIC Monoamine perchée de Gwenhaell, Variante de sfumato et peinture UV invisible sur toile, mixte et peinture UV invisible sur tableau noir, 122 x 200 cm, 2017. Vue lumière du jour et vue UV.

Unités Stratigraphiques visibles de l’oeuvre :

  • US 1 : Peinture à l’huile sur toile, cadre doré (portrait)
  • US 2 : Peinture UV invisible (représentation du corps, molécules, symboles)
  • US 3 : Craie (texte scientifique, squelette de cheval, molécules..)
  • Substrat : Ardoise de tableau noir
SANJIN COSABIC Globus Stratum n°IV, Mixte sur toile et peinture UV, 140x123cm, 2013-16 (coll. part.). Lumière du jour et lumière UV.

Unités Stratigraphiques visibles de l’oeuvre :

  • US 1 : Peinture UV invisible
  • US 2 : Cendres (symbole de l’étoile de vie)
  • US 3 : Paillettes argentées (symbole de la croix)
  • US 4 : Peinture phosphorescente orange (quadrillage) et jaune (croix)
  • US 5 : Huile sur papier et scotch (Mort emportant V. Poutine et monstre bienveillant)
  • US 6 : Huile (quadrillage, carré et fond)
  • Substrat : Toile

Sur un site archéologique, l’étude stratigraphique passe par une observation fine des unités les plus récentes aux plus anciennes. Elle permet de phaser le site en vue d’en restituer une histoire, une analyse chronologique. Essai sur la production artistique de Sanjin Cosabic (à partir des deux oeuvres exposées et de séries récentes) :

Phase 1– Le tableau noir : accumuler, effacer, figer le sensible et le géopolitique

http://www.sanjincosabic.net/peinture/chalkboard-sessions
SANJIN COSABIC Chalkboard Session – Bomb the Chalkboard 1-6, 2012. Exposition “On y va!” à l’Ecole des Beaux-Arts de Tours.

“Un tableau noir est un panneau sur lequel on écrit des informations de caractère temporaire” (définition). Faire du tableau noir un tableau artistique revient à pérenniser l’éphémère et un état inachevé ou partiel de la pensée (la prise de notes, la démonstration, l’esquisse). Au même titre, l’archéologue interprète le passé à partir de vestiges partiellement conservés, figés dans le sol à un instant “t”, et qui ne constituent définitivement que des traces d’un vaste puzzle spatio-temporel. A l’inverse du peintre qui compose, il procède par “décomposition” matérielle  (ou décapage) des sites pour une réinterprétation intellectuelle.

Phase 2– La toile mixte : le cosmos et les mythes ont leur place dans le tableau noir artistique

Car le sentiment qui ressort des œuvres de Sanjin Cosabic à travers cet d’épanchement de signes, de formes et de visages à la fois hiératiques et menaçants mais aussi lascifs et insolents est un tourment comparable à celui recherché par Artaud lorsqu’il écrit à propos du « théâtre de la cruauté » : « mettre au jour l’antithèse profonde et éternelle entre l’asservissement de notre état et de nos fonctions matérielles et notre qualité d’intelligences pures et de purs esprits. ». L’enjeu est donc de produire un impact fort sur le spectateur.” (Jérôme Diacre, Du carré noir à l’oeuvre au noir : à propos de la peinture de Sanjin Cosabic)

Avec le labyrinthe ouvert puis la représentation du cosmos et des constellations, les notions d’infini et de décloisonnement prennent forme dans les tableaux. L’espace se superpose aux préoccupations terrestres ou vient s’y imbriquer. Il ouvre une porte sur la lumière, celle des étoiles, mais aussi sur les esprits. Le tableau noir se stratifie toujours plus, qu’il soit sur toile ou sur ardoise. A la superposition des matières vient s’imbriquer celle des idées et des éléments…

SANJIN COSABIC Globus Stratum n°VI, Mixte sur toile, 140×123 cm, 2012 (coll.part.)
SANJIN COSABIC Quantum Sunset Nebula, Mixte et lumière UV sur toile, 260 x 380 cm. Lumière du jour et lumière UV.

 Phase 3 – Huile et UV : Lumière sur l’humain

Les séries les plus récentes de Sanjin Cosabic s’intéressent  à l’humain, plus spécifiquement à l’individu. Le portrait, peint  à l’huile selon la technique Renaissance du sfumato, ne se suffit pas à lui même.  Clé d’entrée de l’oeuvre, il est la part visible d’un tout qui constitue l’identité de l’individu. Et cette dernière, le peintre nous en révèle la substance directe par des textes, des signes. Il en donne une vision plus personnelle, poétique et magique à travers un troisième niveau de lecture, invisible à l’oeil nu. Chaque oeuvre devient une sorte de carte d’identité, vouée à devenir archive.

L’archéologue, de son côté, fouille les “archives du sol” dans la perspective de comprendre l’évolution de l’être humain et des espaces qu’il a occupés. Il déploie pour y parvenir un panel sans cesse renouvelé de techniques scientifiques (analyses physiques, chimiques, techniques d”imagerie, etc.), qui lui permettent de décrypter et de dater les sites et les objets. Difficile alors de ne pas faire de lien entre l’anthracologie, science qui étudie les charbons de bois, et les cendres fabriquées et remployées par Sanjin Cosabic ; ou bien encore la datation par thermoluminescence, la tomographie ou la radiographie et l’utilisation de la peinture UV. Quand l’archéologue utilise les sciences pour décrypter les matériaux et restituer une image de l’humain sur Terre, l’artiste utilise ces mêmes matériaux pour  en composer une image cryptée sur fond d’espace étoilé… Ce qu’il n’y a pas encore réellement dans l’archéologie, c’est bien ce lien presque inné à l’univers. Mais la vision de l’artiste nous laisse supposer qu’il existe déjà en nous…

Si la magie, contrairement à ce que prétend la pensée rationnelle, est aussi une recherche de vérité, alors ces tableaux sont des hurlements de vérité.” (Jérôme Diacre)

SANJIN COSABIC La Sorcière de l’Allée Assolant, Huile et peinture UV sur toile, 140×123 cm, 2016. Lumière du jour et lumière UV.
SANJIN COSABIC La tentation de Mathieu, Variante de sfumato et peinture UV invisible sur toile, mixte et peinture UV invisible sur tableau noir, 122 x 200 cm, 2017. Vue lumière du jour et vue UV.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.