Ruines antiques à la Bibliothèque du Congrès (1)

La Bibliothèque du Congrès (Library of Congress) est la bibliothèque nationale des Etats-Unis. Inaugurée en 1800, elle est la plus importante au monde (164,5 millions de documents référencés fin 2016) et a lancé un projet de Bibliothèque numérique mondiale (World Digital Library). Elle détient de véritables trésors littéraires (incunables, éditions rares), mais aussi une très belle collection photographique.

Dans le catalogue en ligne de la Bibliothèque du Congrès, une première recherche livre, le 1er février 2017, 1400 références de documents figurés sur l’archéologie (photos, impressions, dessins), dont 1371 images. Ce sont presque exclusivement des photographies, majoritairement antérieures à 1899, et les fonds accessibles en ligne mettent à l’honneur l’Egypte et les ruines antiques du Bassin méditerranéen.

Les trois fonds les plus importants, constitués d’épreuves sur papier albuminé, sont attribués à la Maison Bonfils, à Félix Teynard et Francis Frith. Quelques clichés de la Maison Bonfils sont présentés ci-dessous. Les deux autres photographes feront l’objet de billets indépendants.

La Maison Bonfils

Active dans tout le Proche-Orient entre 1867 et 1938, la Maison Bonfils est créée par Félix Bonfils (1831-1885), photographe français originaire du Gard, en collaboration avec sa femme qui produit elle aussi des clichés. L’atelier est établi au Liban (à Beyrouth) et “réalise des portraits, des scènes de genre, des photographies de paysages et de monuments prises en Égypte, Syrie, Palestine, Grèce pour l’essentiel” (Voir l’exposition virtuelle sur Félix Bonfils sur le site de la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine).

La Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (MAP) possède plus de 500 documents provenant de la Maison Bonfils, parmi lesquels on retrouve bien sûr ceux de la Bibliothèque du Congrès.  Notons que cette dernière a généreusement opté pour la mise en ligne de reproductions de haute qualité. L’utilisateur a la possibilité de télécharger le document dans une dimension et un format choisis.

Les archives témoignent chez les Bonfils et leurs photographes d’une grande maîtrise de la technique photographique et de l’art de la prise de vue. On prend pour exemple les trois épreuves présentées ci-dessous.

03954v
1435 Vue de la pyramide de Chéops pendant la crue – Bonfils (entre 1867 et 1899)

Cette photographie donne un point de vue esthétique et artistique sur un monument particulièrement célèbre de l’Antiquité égyptienne, une des sept merveilles du monde, la grande pyramide de Gizeh ou pyramide de Khéops. La symétrie provoquée par le reflet dans l’eau stagnante de la crue du Nil détermine entièrement le cadrage et la construction de l’image. Par effet miroir, la pyramide devient octahédron. Les sommets forment un axe vertical, décentré dans le cliché mais perpendiculaire de fait à l’axe de symétrie horizontal qui partage l’épreuve en deux bandes égales. C’est donc une merveille géométrique qui est réalisée pour en photographier une autre. Elle révèle la qualité du regard porté par le photographe sur un vestige et son environnement.

 

03990v
136 Ruines du temple Amenophis statues de Ramessés en pied Karnak – Bonfils (entre 1867 et 1899)

Sur ce second exemple,  autour d’un des édifices religieux de Karnak en Egypte, de nouveau la recherche de symétrie est flagrante. C’est une structuration du regard et de la prise de vue très fréquente dans les archives photographiques du 19e s. Elle se fonde ici sur la symétrie monumentale des deux statues entourant la porte et sur la place centrale occupée par le palmier. Ce dernier, spécifiquement mis en exergue, rend le cliché insolite et lui donne un caractère globalement humoristique. Le cadre formé par la porte autour du palmier produit l’effet d’une photographie dans la photographie. Enfin, l’instabilité et la fragilité des ruines en cette fin du 19e s., ressort d’autant plus nettement dans le cliché qu’elle provoque un dérèglement de la symétrie recherchée par le photographe : les blocs penchent à gauche, d’autres se sont éboulés devant l’entrée.

 

457 Balbek. Colonnes du temple du Soleil – Bonfils (entre 1867 et 1899)

Baalbek – Heliopolis est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Située au centre-est du Liban, c’est une spectaculaire cité antique qui  comportait notamment trois gigantesques temples consacrés à Jupiter, Bacchus et Vénus. Les photographies des Bonfils nous livrent une documentation de toute beauté sur l’état de ces vestiges à la fin du 19e siècle. L’exemple choisi montre une colonnade du temple de Jupiter (nommé ici par Bonfils “temple du soleil”), encore en état de nos jours. Voulu par l’empereur Auguste, cet édifice a été achevé seulement au 3e s. ap. J-C. et , si l’on restitue ses dimensions, il était sans doute le plus grand de tout le monde romain. C’est autour de cet aspect que l’on peut cibler une caractéristique propre à quasiment tous les clichés de la Maison Bonfils : la présence humaine dans les ruines. Elle est ici primordiale pour comprendre l’objet de la prise de vue et le gigantisme de l’ouvrage antique. Au premier plan à droite, un individu pose sur la base  d’une colonne, à l’emplacement d’un fût disparu. Il est évident que le photographe cherche à donner une échelle du monument qu’il a sous les yeux et à mettre en exergue les dimensions des vestiges (hauteur des colonnes : 22 m, diamètre des bases : 2,20 m).

Notez une présence identique sur la photographie précédente. Sur la première, deux hommes nous donnent également l’échelle de la pyramide et, les pieds sur la ligne de symétrie, rappellent l’ampleur de l’entreprise qui a été menée.

 

 


2 réflexions sur « Ruines antiques à la Bibliothèque du Congrès (1) »

  1. Khéops, obstinément.

    Par ruse technicienne, le photographe Bonfils
    Répète le geste impie dont l’un des Ahmôsis
    Eut à souffrir, dit-on, lorsque ce pharaon
    Reçut le sage Thales, muni de son bâton.

    Par sa magique baguette, sous le zénith solaire,
    Le premier géomètre réduisit le sanctuaire
    Secret, monumental, au triangle ordinaire.

    Le dernier sacrilège est d’avoir dupé Râ,
    Le Suprême Adoré : détourné ses photons
    Sur l’argentique matrice pour des contrefaçons.
    Gisent à Gizeh les Dieux, privés de leur aura !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.