Archéologie aux affaires étrangères : images d’un patrimoine mondial

Depuis son site internet officiel, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) français donne accès à sa base de données « Images ». Cette dernière présente à ce jour en ligne plus de 25000 photographies d’actualité et 13000 archives photographiques sur les 400000 conservées. Dans cet ensemble, constitué dans le cadre des activités du Ministère ou par acquisition, une requête au terme « archéologie » (dans tous les champs) renvoie actuellement 1494 résultats : photographies produites au cours des activités en France et à l’étranger ou issues de collections privées. On propose un tour d’horizon de ce lot d’images d’archéologie en ligne.

Hélène Hoppenot, Tunisie – Carthage, 1950-1951. FR-MAE Archives diplomatiques : collection H. Hoppenot, A074737 .

Les Archives diplomatiques du MEAE sont conservées sur deux sites, l’un à La Courneuve pour les fonds personnels (diplomates) et ceux constitués par les services en France, l’autre à Nantes pour les fonds rapatriés de l’étranger. Tous deux comprennent des collections iconographiques, dont des ensembles photographiques importants (séries, albums, collections privées). Les images dites « d’actualité » sont celles rassemblées par la Direction de la Communication et de la Presse, notamment dans le cadre des rencontres diplomatiques depuis 1982. Celles prises autour des déplacements du président de la République et du ministre de l’Europe et des affaires étrangères sont archivées en “temps réel”, consécutivement à leur production. Les « images d’archives » rassemblent de leur côté tous les fonds conservés depuis les origines du MEAE. Cette division actualité/archives répond à des intentions et à des états documentaires différents, mais aussi visiblement à des modalités de réutilisation distinctes. La base de données en ligne du MEAE présente donc ce grand atout, souhaitable pour l’ensemble des productions photographiques en archéologie, de proposer en un même espace des contenus au statut provisoirement différent, mais néanmoins tous destinés à la condition d’archives publiques.

Il est parfois assez complexe, en l’état, de comprendre à quel fonds et à quel lieu de conservation sont associés ces images accessibles en ligne. Des informations sur les supports manquent également, mais un véritable effort d’ouverture au public de ces documents est à souligner. Plusieurs pages web permettent par ailleurs de découvrir la globalité des fonds iconographique rassemblés à partir de la fin de la seconde guerre mondiale, mais dont les origines remontent au tout début du 20e siècle, avec la création d’un musée des Archives diplomatiques en 1902.

Galerie 1 – Sélection d’images “d’actualité” : hommes d’Etat en représentation sur des sites ou dans des musées archéologiques

L’archéologie, qui prend place aujourd’hui dans la “diplomatie scientifique et universitaire“, est présentée comme un peu à part dans les activités du MEAE : « Parmi les actions de coopération scientifique françaises, les missions archéologiques sont sûrement l’outil le moins connu et le plus original.[…] ». Dans les documents photographiques conservés, la discipline est en tout cas bien identifiée et la base de données en ligne nous permet d’en consulter un échantillon intéressant. Les résultats obtenus mêlent quelques photographies d’actualité relevant directement de la diplomatie (hommes d’Etat en visite de sites ou de musées archéologiques : galerie 1), ou relevant de la coopération française et des missions archéologiques à l’étranger (138 clichés pris en Egypte, Afrique du Sud, Pérou et Mexique : galerie 2). Beaucoup plus nombreuses sont les photographies extraites de dossiers d’archives (protectorat au Maroc), issues de séries thématiques (quelques portraits) et surtout de collections privées anciennes (galerie 3).

Galerie 2 – Sélection d’images “d’actualité” : coopération française et missions archéologiques à l’étranger
EXEMPLE DE PORTRAIT (Images d’archives) – Anonyme, Espagne, grotte d’El Castillo. De gauche à droite: les paléontologues Nels C. Nelson, Paul Wernert, Hugo Obermaier, Miles C. Burkitt et Pierre Teilhard de Chardin. XXe siècle . FR-MAE Archives diplomatiques.
Le chercheur et paléontologue P. Teilhard de Chardin a été promu officier de la Légion d’Honneur au titre des Affaires étrangères en 1946. Plusieurs de ses portraits sont accessibles en ligne, notamment avec l’abbé Breuil en Chine.

Pour l’archéologie, plusieurs fonds privés ressortent particulièrement des images d’archives du MEAE. Celui de la photographe Hélène Hoppenot (1894-1990), femme du diplomate Henri Hoppenot,  apparaît comme majeur pour la quantité et surtout la qualité des prises de vues (5000 clichés numérisés, dont 655 indexés actuellement pour l’archéologie). Le fonds en ligne aborde différentes thématiques dont celle, entre les années 1930 et 1950, des vestiges et monuments de nombreux pays parcourus par le couple (Italie, Tunisie, Syrie, Egypte, Jordanie, Maroc, Pérou, Bolivie, Cambodge, Mexique, Chine).

Autour du Proche-Orient, la base de données donne aussi accès à 171 images d’archéologie issues de la collection Henri Gouraud (1867-1946), plus spécifiquement sur la Syrie et le Liban, avec quelques images d’Egypte. Ce militaire photographe, passionné, a rassemblé une collection exceptionnelle de plus de 10 000 photographies sur les pays qu’il a visités durant sa carrière, en Afrique et au Proche-Orient. Cette collection a fait l’objet d’une publication récente (Andurain 2016). L’archéologie y prend une place importante, avec notamment des vues aériennes pionnières de sites archéologiques au Liban.

Enfin le fonds du photographe explorateur Emile Gsell (1838-1879) donne à voir de nombreuses vues (149) du site d’Angkor au Cambodge, prises entre 1866 et 1879. Plus marginalement sur la thématique archéologique, on relève quelques autres noms de photographes , comme par exemple Francis Brunel qui enregistra en 1950 les Bouddha de Bâmiyân en Afghanistan, détruits en 2001.

Galerie 3 – Sélection d’images “d’archives” : collections privées

Les images du Quai d’Orsay offrent ainsi une entrée historique sur un patrimoine archéologique, mondial et universel, qui passionne tous les publics. Au-delà de la recherche scientifique, le vestige archéologique a été et reste un objet d’admiration pour tous. Les collections photographiques du MEAE livrent un témoignage direct de la place prééminente qu’il occupe dans les activités diplomatiques. Sa vocation à rassembler cultures et politiques autour d’un destin commun nous est ainsi doublement rappelée, à la fois par l’image et le texte : “Dans un contexte de mondialisation des échanges et de mise en danger croissante des hauts lieux de civilisation, à la fois par les hommes et par le climat, les missions archéologiques ont également des fonctions sociales : […] défis de préservation des sites […], favoriser le dialogue avec les pays hôtes, permettre le maintien ou la réouverture du dialogue par-delà les évolutions politiques grâce aux partenariats dans la durée qu’elle crée sur le terrain ” (extrait du site du MEAE).

NB : Les images présentées dans ce billet sont gérées par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Leur réutilisation est soumise à conditions et autorisations.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.