L’inversion de Frouard

Les cartes postales anciennes, accessibles sur les sites de collectionneurs, donnent parfois l’occasion de découvrir des chefs-d’oeuvre de composition photographique et d’installation d’objets archéologiques, comme ici avec le dépôt métallique “de Frouard”.

Légende de la carte postale (9 x 14 cm) : 2- Objets de l’âge du Bronze, trouvés réunis en groupe : cet ensemble est connu sous le nom de trésor de Frouard (Mthe-et-Mlle), du lieu où il aurait été, croit-on, découvert en 1870.  Editée par Nancy. Musée historique lorrain, au Palais ducal. Série 2.

Frouard est une commune française de Meurthe-et-Moselle située à quelques kilomètres au nord de Nancy.  Dans les environs, une cinquantaine d’objets métalliques, constituant un dépôt homogène daté de la fin de l’âge du Bronze (9e s. av. J.-C) , y a été découvert au début des années 1870 (1872?).

Cette belle collection, dont l’origine exacte est encore inconnue, fut vendue, pendant la guerre de 1870, à un marchand d’antiquités de Nancy par un paysan des environs. On ne put obtenir de cet homme aucun renseignement, sinon qu’il habitait les environs de Frouard. […] M. Cournault, qui acquit immédiatement les bronzes pour le Musée lorrain, trouva les objets encore couverts de terre fraîche...”(Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1889, SER3,VOL17, p. 305).

Apparitions, disparitions…

L’inventaire fait état en 1889 de 51 objets dont 5 haches à ailerons (A), 4 haches à douille (B), 1 gouge (C) et 1 marteau (D) à douille, 2 faucilles (E), 1 “grand disque résonnant” (dit tintinnabulum à disques, F), 19 parures annulaires (bracelets ou anneaux de cheville, G), 4 tubes (ou tubuccins, H), 12 petits anneaux reliés par groupes de 3 (I), 1 grand anneau (J) et 1 “fermoir ou crochet de ceinturon” (plutôt anneau à barre d’attache ou tige à bélière pour les spécialistes, K).

Editée dans les années 1910-1920 par le Musée historique lorrain de Nancy, la carte postale réutilise une photographie (dont nous cherchons l’auteur et la date de réalisation) qui ne  donne à voir que 50 objets de bronze. Il y manque 2 éléments de parure annulaire (bracelet ou anneau) mais une hache à ailerons supplémentaire est apparue… Est-ce un témoignage indirect des difficultés de conservation rencontrées à l’époque par les musées, soumis à des disparitions, déplacements et mélanges d’objets à l’intérieur des collections? Le phénomène n’est pas rare en tout cas dès lors qu’on compare les inventaires anciens aux états plus récents.

Photographie d’un trésor : organiser la perfection

L’objet-phare du “trésor” est le tintinnabulum à disques, luxueux élément de harnachement équestre dont l’usage reste assez mal défini. Suspendu au cou du cheval ou à un char, il aurait eu une fonction sonore, les petits disques venant “tintinnabuler” contre le grand. Celui de Frouard est encore aujourd’hui présenté comme une oeuvre majeure du Musée lorrain. Il est souvent comparé à celui de Vaudrevanges (Sarre) conservé au Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye.

Photo : Musée Lorrain

Sur son site web, le Musée lorrain donne accès à un magnifique dessin aquarellé de Charles Cournault conservé à la Bibliothèque Stanislas de Nancy qui, au-delà de sa forte valeur artistique, peut être mis en parallèle avec la photographie du dépôt. Dans les deux cas, l’effort de composition doit être souligné. Déjà en 1888, Charles Cournault organise son dessin autour du tintinnabulum. Ses dimensions et son état de conservation le rendent, il faut dire, particulièrement spectaculaire. Mais le conservateur-dessinateur a des motivations clairement scientifiques et fait une économie dont la photographie pourra se passer : il échantillonne. Il représente, autour du tintinnabulum, un exemplaire de chaque type d’objet, tenant compte des motifs décoratifs et ajoutant des éléments de compréhension (vue des sections des faucilles, deux vues du marteau et de la gouge, indication manuscrite du nombre d’objets similaires). Les bracelets sont absents pourtant, ce qui laisse supposer qu’ils ont pu être représentés sur un autre dessin.

Le parti pris de la photographie du “trésor” éditée en carte postale est au contraire de montrer tous les objets (ou presque donc) et d’en construire une représentation originale et marquante, à la hauteur de son sujet. On imagine aisément la méticulosité apportée à la mise en place des objets pour aboutir au résultat souhaité. C’est en tout cas une symétrie axiale sur le tintinnabulum qui détermine la composition, les objets en unique exemplaire disposés sur l’axe vertical.  Le tout s’organise ensuite en fonction de la forme même de l’objet central, c’est-à-dire de manière circulaire. Tous les objets entourent le grand disque du tintinnabulum avec un travail notable sur la disposition des bracelets (chevauchements, dimensions croissantes du bas vers le haut). L’ensemble produit une image secondaire, pouvant suggérer un masque ou un visage si l’on s’y arrête.

Et l’inversion alors?

La carte postale est intéressante pour comprendre la logique visuelle “symétrique” des premiers photographes, qui fabriquaient des images en noir et blanc, et travaillaient sur les notions de négatifs et positifs.

Les objets en alliage cuivreux, oxydés par leur séjour dans le sol, ont une patine sombre et homogène. C’est donc logiquement un fond clair et uniforme qui a été choisi, afin de créer un contraste important et de mettre en valeur le dépôt. L’inversion des couleurs de la carte postale, sépia, permet d’obtenir un négatif bleuté. Les effets inversés des ombres et des zones sombres donnent un aspect “scintillant” aux objets, voire plus “métallique”.

Une esthétique de l’inversion et du négatif viendrait-elle se superposer alors à celles du sujet et de sa mise en forme?

Le trésor de Frouard. Inversion de la carte postale par traitement d’image.
Le trésor de Frouard. Inversion et passage en niveaux de gris de la carte postale, par traitement d’image.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.