Roule Birette

Les aventures d’un polissoir néolithique du Petit-Pressigny vers le Grand.

Avec Laure-Anne Millet-Richard, Olga Yardin et Céline Landreau

Le 1er juin 1954, les communes limitrophes du Petit-Pressigny et du Grand-Pressigny dans l’Indre-et-Loire, ont été le spectacle d’un événement archéologique : le déplacement d’un imposant bloc rocheux ayant servi de polissoir de haches au Néolithique. Détaché de son emplacement (pré)historique, le bois du domaine des Bordes au Petit-Pressigny, il a été transféré vers la cour du château du Grand-Pressigny, futur musée de Préhistoire qui sera inauguré l’année suivante, en 1955. Ce musée trouve sa place dans un territoire réputé pour ses gisements de silex turonien et une importante production et diffusion d’outils à la fin du Néolihique .

R. Arsicaud – Le Grand-Pressigny. Transport du polissoir des Bordes ou “Pierre Birette” au musée. 1er juin 1954 / Négatif sur pellicule nitrate. 9×12 cm / Archives départementales d’Indre-et-Loire, 5Fi007431. Une femme qui reste à identifier, pose sur le polissoir.

A première vue assez accessoire, cette journée est pourtant riche d’enseignements. Du moins l’image la rend-elle plus illustre. Les Archives départementales d’Indre-et-Loire conservent en effet dans leurs collections le reportage photographique réalisé ce jour là par Robert Arsicaud, photographe professionnel tourangeau, passionné de patrimoine et d’archéologie. Son fils André et lui ont laissé une documentation visuelle foisonnante de leur région sur plus de 60 années d’activité (1937-1990)1. Dans les 150.000 photographies accumulées, issues de commandes et de missions, l’archéologie trouve avec bonheur sa place sous des formes et représentations diverses.

A propos de Birette

Pierre Birette ou Pierre du Diable sont les appellations locales et traditionnelles du polissoir du Petit-Pressigny. Comme de nombreux mégalithes, il est associé à des superstitions relatives à la magie et à la sorcellerie. L’une des croyances voudrait que tous les sorciers de la Brenne, région toute proche, vinrent un jour taper sur la pierre avec leur baguette de coudrier. Celui dont les coups entaillèrent la pierre fut déclaré le plus malin d’entre tous2. La Birette est en tout cas dans le folklore un personnage féminin présentée comme fée, fantôme ou loup-garou femelle.

Arsicaud R. ou A. [Une femme, à identifier, travaillant avec un marteau sur le polissoir du Petit-Pressigny], 1er juillet 1949 / Négatif sur pellicule nitrate. 9×12 cm / Archives départementales d’Indre-et-Loire, 5Fi001109 . Arsicaud est venu photographier le polissoir cinq ans avant son déplacement. Les rainures du polissoir sont dégagées, peut-être même ici en cours de dégagement.

Le polissoir a été classé monument historique par arrêté du 20 juillet 19123, à la demande de son propriétaire M. Gaullier et grâce aux démarches de Louis Dubreuil-Chambardel, médecin et archéologue (1876-1927). Ce dernier est venu l’étudier à la demande de l’inventeur, M. Reignoux, vers 1905 d’après la photographie  ci-dessous publiée en 19564.

Image extraite du bulletin des Amis du musée préhistorique du Grand-Pressigny, n°7, 1956. “Polissoir de la Pierre Birette (photo prise vers 1905). De g. à dr. : le Dr Dubreuil-Chambardel, François Reignoux, un serviteur du château des Bordes”. Photo offerte par J.-M. Rougé à l’association.

Dubreuil-Chambardel décrit l’objet et en publie un relevé dans le Bulletin de la Société d’Anthropologie de Paris de 19105.

“Le Rocher du Diable a une longueur de deux mètres environ ; une largeur de un mètre soixante-dix centimètres, et il émerge au-dessus du niveau du sol de soixante-dix centimètres. Sur sa face supérieure on remarque toute une série de rainures et de cuvettes qui sont la caractéristique d’un polissoir de l’époque néolithique. Avec M. Reignoux nous avons déterminé la position et la dimension de chacune de ces rainures et cuvettes. Elles sont au nombre de quinze.”6

Une décontextualisation en images : du bois des Bordes au musée

Le modèle du reportage photographique, utilisé par Robert Arsicaud pour illustrer le déplacement du polissoir, documente le transport et les moyens mis en oeuvre pour y parvenir. Il pourrait presque se passer d’explications si l’effet de réalisme ou de vérité ressenti n’était confronté à une absence importante, celle des temps et des individus non représentés, dont le photographe lui-même. C’est pourtant l’oeil de ce dernier qui humanise et décrit l’événement, par une participation à la fois entière pour le couvrir dans son intégralité, et parfois suffisamment détachée pour créer l’image d’un instant. On est ainsi amené à percevoir cet ensemble à la fois comme tout (l’événement) et comme assemblage (succession de moments, d’étapes).

Chaque image du reportage pose question : qui voit-on et qui ne voit-on pas? Comment procède-t-on pour sortir de son contexte un objet archéologique si volumineux, sans détérioration ? Que nous apprend l’image sur le détail des opérations? Pourquoi cet instant est-il capté par le photographe et où se trouve-t-il? On propose de découvrir et de suivre le point de vue de Robert Arsicaud sur l’événement, à travers le parcours visuel qu’il a laissé.

Tous les clichés de cette série sont l’oeuvre de Robert Arsicaud (seuls quelques doublons ne sont pas présentés). Le Conseil Départemental d’Indre-et-Loire est titulaire des droits sur chacun d’entre eux. Toute réutilisation est soumise à autorisation des Archives départementales d’Indre-et-Loire, gestionnaire du fonds Arsicaud.
Source : Archives départementales d’Indre-et-Loire, 5Fi007421 à 5Fi007456 / Négatifs sur pellicule nitrate. 9×12 cm.

Roule Birette ou un polissoir en mouvement

Robert Arsicaud a laissé un texte sur la journée, dont la transcription est conservée dans les archives du musée du Grand-Pressigny. Il y écrit notamment :

La science des transporteurs permit d’amener à sa place actuelle ce chargement peu banal et malgré tout fragile, sans la moindre égratignure, au plus grand soulagement des fervents préhistoriens qui suivaient les travaux depuis le matin et accompagnèrent pas à pas le convoi […]. Des photos furent prises pendant toute cette mémorable journée et un film fut même tourné pour les archives de la société des Amis du Musée de Pressigny. […]

VOIR LE FILM (Déplacement du polissoir à partir de 2min12)

La captation photographique a figé des temps et des espaces privilégiés de l’événement. Le film en construit une autre histoire, plus spectaculaire quant aux efforts déployés. De nouvelles “impressions”, liées à la visualisation des gestes et des mouvements, élargissent notre champ de compréhension. Le polissoir paraît cette fois bien plus pesant, son déplacement plus complexe et moins maîtrisé dans les bois. On y perçoit un effort humain et une agitation qui ne sont pas si bien relatés par l’image photographique, ou qui n’y sont que suggérés. La fragilité de la pierre Birette et la translation à la fois brutale et respectueuse que lui font subir les hommes, sont enfin plus concrètement perceptibles.Le film entre ainsi en cohérence avec la vraie nature de l’événement : celle de la mise en mouvement artificielle d’un objet archéologique fondamentalement statique.

  1. ADIL, Arsicaud père & fils, photographes de la vie tourangelle. 1937-1990 : catalogue d’exposition (Château de Tours, 7 sept-27 oct. 2013), Conseil Général 37, 2013 []
  2. Une remarquable importation au Grand-Pressigny : le polissoir de la Pierre-Birette, Bulletin des Amis du musée préhistorique du Grand-Pressigny, n° 5, 1954, p. 39 []
  3. Archives du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny []
  4. Bulletin des Amis du musée préhistorique du Grand-Pressigny, n° 7, 1956, p. 7 []
  5. Dubreuil-Chambardel Louis. Le Polissoir fixe du Petit-Pressigny. In: Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, VI° Série. Tome 1, 1910. pp. 647-649 []
  6. idem, p. 648 []

2 réflexions sur « Roule Birette »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.