Ruines antiques à la Bibliothèque du Congrès (2)

Suite de Ruines antiques à la Bibliothèque du Congrès (1)

L’album de Félix Teynard

Félix Teynard (1817-1892), originaire des environs de Grenoble (France), est recensé parmi les “primitifsde la photographie. Il n’a eu qu’une très courte mais remarquable activité dans ce domaine, dans les années 1850. Les rares informations connues sur son parcours sont rappelées dans une exposition virtuelle de la Bibliothèque Nationale de France, mais ses motivations concernant la photographie d’archéologie restent assez énigmatiques.

La Bibliothèque du Congrès met en ligne à ce jour 160 photographies de lui. Ce sont des épreuves obtenues depuis des négatifs papier (procédé du calotype) et illustrant l’album qui reste la seule trace de Félix Teynard dans l’histoire de la photographie :

F. Teynard. – Egypte et Nubie : sites et monuments les plus intéressants pour l’étude de l’art et de l’histoire, atlas photographié accompagné de plans et d’une table explicative servant de complément à la grande Description de l’Egypte, Paris, Londres : Goupil et Cie, E. Gambart & co, 1858.

L’ouvrage a été édité par deux sociétés (Goupil et Gambart) spécialisées dans l’impression et l’édition d’art. Seuls “11 exemplaires sont répertoriés” et la publication va rester globalement ignorée, “ne bénéficiant sans doute d’aucun appui parisien” (Aubenas et Roubert 2010 : 309). On trouve assez aisément la mention d’exemplaires originaux dans les catalogues du Musée d’Orsay et de la Bibliothèque Nationale de France à Paris, ou du Metropolitan Museum of Art de New York (il en existe également au Palais Bourbon de Paris, au British Museum de Londres et à la Bibliothèque royale de Copenhague). Mais le nombre de photographies en ligne est variable sur les 160 recensées dans l’album, et le meilleur accès, en termes de lisibilité du support original et d’intégrité est actuellement celui de la Bibliothèque du Congrès.  La numérisation est en noir et blanc, et la qualité de visualisation très bonne dès lors qu’on télécharge le document en haute définition.

Ile de Fîleh (Philae) – vue générale prise du point I, sur la plateforme du premier pylône – Pl.99/ Félix Teynard / Imp. Phot. de H. de Fonteny, fondée à Paris, en 1851, r. St Nicolas d’Antin, 72 / Publié par Goupil et Cie éditeurs, Paris, Londres, Berlin, New York. (24 x 30.5 cm)

Félix Teynard réalise des clichés de grande qualité lors de l’expédition qu’il mène en Egypte en 1851 et 1852, peu après celle du photographe et écrivain Maxime Du Camp. Son but, affiché dans le titre même de son album, est de compléter, voire de corriger les planches de la Description de l’Egypte, ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’Armée française, publié par les ordres de Sa Majesté l’Empereur Napoléon le Grand (1809). Ce point est majeur car il vient appuyer les caractères documentaire et archéologique perceptibles dans la production photographique de Félix Teynard.

Ile de Fîleh (Philae) Plan des ruines principales – Pl. 85 bis / Dessiné par Félix Teynard, d’après les plans de la gde description de l’Egypte / Gravé par Félix Penel / Publié par Goupil et Cie éditeurs, Paris, Londres, Berlin, New York. (25,8 x 36,8 cm)

L’album contient ainsi deux plans détaillés des sites de Philae et Karnak en Egypte. Ils sont remarquables car l’auteur y indique précisément les points de vue et angles de champ de ses clichés, il les géolocalise. Chaque point a été associé à une lettre, repère reporté dans le titre de la photographie qui s’avère toujours précis et descriptif. Ces éléments témoignent de la rigueur du travail de Félix Teynard et permettent sans doute de mieux appréhender son approche photographique des ruines.

Le plan ci-dessus localise les vestiges antiques de l’île de Philae dans leur état en 1851-1852, pour l’essentiel des temples construits entre le 4e s. av. J.-C. et l’époque romaine (ils ont été déplacés entre 1974 et 1976 sur l’île d’Aguilkia, avant la submersion de Philae). Félix Teynard propose trois types de regard sur ces éléments archéologiques : des vues générales (ex. : points A), des vues de monuments ou d’ensembles de monuments (ex. : point R) et enfin des vues rapprochées ou de détails (ex. : point M). Les espaces dépourvus d’édifice en élévation ne sont par contre quasiment pas présentés. On fait le constat d’une approche similaire sur le site de Karnak. Il transparaît ainsi dans l’album, soumis à des contraintes éditoriales, la volonté  de donner à voir des informations archéologiques choisies, jamais de couvrir la totalité des vestiges. Pourtant, on pourrait facilement imaginer que F. Teynard ait eu une démarche systématique. Aurait-il, en plus de l’album, documenté de manière plus complète les vestiges qu’il a rencontrés?

Les sujets de F. Teynard sont pour l’essentiel des édifices et statues. Ses clichés documentaires, d’une esthétique sobre et efficace, sont totalement dépourvus d’être vivants. Pourtant, quelques uns laissent transparaître  un rapport du photographe à l’Egypte nettement plus sensible, peut-être ethnographique et botanique. Au-delà des ruines antiques, il s’intéresse aux villages, à la végétation et aux paysages.

Kalabcheh (Talmis) – palmier doum et mimosa – Pl. 120 / Félix Teynard / Imp. Phot. de H. de Fonteny / Publié par Goupil et Cie éditeurs . (30,6 x 25,5 cm)

Les dattiers constituent certainement un centre d’intérêt pour Teynard puisqu’il les photographie à diverses reprises, mais il est difficile de connaître ses intentions véritables. Veut-il là aussi compléter la Description de l’Egypte ? Elle comporte en effet un volume d’Histoire naturelle accompagné de deux planches sur le palmier doum qu’il a très bien pu consulter. Ses clichés sont en tout cas révélateurs : le photographe associe par exemple ses observations du temple antique de Kalabsha-Talmis (4 vues) à celle de la végétation environnante (photo ci-dessus). Dans notre exemple, la place de cette nature dans le paysage des ruines archéologiques est bien mise en évidence. Le premier plan de la photographie est consacré à une construction ancienne, un mur partiellement effondré, visiblement envahi au second plan par les sujets principaux : un mimosa et des dattiers.

Dakkeh – village et rives du Nil – Pl. 125 / Félix Teynard phot./ Publié par Goupil et Cie éditeurs, Paris, Londres, Berlin, New York. (23,6 x 30,9 cm)

Sur cette photographie du village en ruines de Dakkeh, le premier plan rend compte d’une forte aridité, à travers l’ensablement des habitations et la présence de pierres éparses. Il contraste nettement avec le plan intermédiaire qui met en valeur le cours du Nil, les palmiers formant une transition naturelle entre eux. F. Teynard donne ainsi une vue globale d’un village abandonné, désolé, devant un fleuve symbole de fertilité et de vie. La neutralité du ciel, qui occupe plus de la moitié de la photographie, ajoute une impression de platitude à l’ensemble. Sa clarté uniforme forme un contraste impressionnant avec les parties sombres du cliché qui correspondent aux manifestations du vivant (constructions et matériaux, palmiers).

On renverra pour finir au billet “Ruines antiques à la Bibliothèque du congrès (1)“, dans lequel est présenté un cliché des colosses de Karnak pris par Félix Bonfils  entre 1867 et 1899,  comparable à celui de Teynard ci-dessous. Le point de vue choisi est strictement le même, traduisant une véritable continuité dans la diffusion visuelle des sites.  Le sujet est cependant devenu nettement plus soigné, le palmier redressé. Une perfection esthétique et symétrique serait-elle alors recherchée et atteinte par la maison Bonfils, quelques années après l’expédition de Félix Teynard?

Karnak (Thèbes) – premier pylône – ruines de la porte et des colosses, vues du point E – Pl. 66 / Félix Teynard / / Imp. Phot. de H. de Fonteny, fondée à Paris, en 1851, r. St Nicolas d’Antin, 72 / Publié par Goupil et Cie éditeurs, Paris, Londres, Berlin, New York. (24,5 x 30,5 cm)

 

Bibliographie

S. Aubenas, P.-L. Roubert (dir.). –Primitifs de la photographie. Le calotype en France, 1843-1860, Paris : Gallimard, BnF, 2010.

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.