Je fouille, tu fouilles, nous creusons

Les collections d’images anciennes indexées sont amenées à nous rappeler des réalités historiques et sémantiques parfois tombées dans l’oubli ou ignorées. En français, le terme descripteur  de « fouilles » fournit des résultats intéressants dans les  banques d’image en ligne, non seulement pour la discipline archéologique, mais pour la mise en évidence des liens qu’elle entretient historiquement avec les activités de construction et plus globalement les travaux de recherche.

Dans le domaine de la photographie, plusieurs types de contenu ont généralement été décrits avec le mot-clé « fouilles » et ce sont au moins cinq types de visuels différents qui apparaissent dans les résultats d’une requête simple à ce terme. Ils correspondent aux diverses définitions du vocable telles qu’elles sont données par exemple dans le Littré, dictionnaire de la Langue française, à la fin du 19e s. (fouille, fouiller). Plusieurs sont en lien direct avec la notion générale de “creusement” et de décaissement du sol, ce qui incite à mieux comprendre l’étymologie du mot.

Creuser le sous-sol

Fouille : “Ouverture faite en fouillant la terre, pour creuser un canal, des fondations, une mine, pour mettre à découvert de vieux monuments ensevelis, etc. Les fouilles d’Herculanum et de Pompéi. ” (Littré)

L’image rend parfaitement compte des modalités communes d’intervention sur le sous-sol que partagent l’archéologie, l’extraction, le génie civil et plus largement la construction. La fouille est avant tout à l’origine une excavation pratiquée dans le sol (Trésor de la Langue Française), et il s’agit bien de creuser, labourer (fouir) pour y parvenir, quel que soit le but recherché.

1- Fouille(s) en archéologie : “Ensemble des opérations et des travaux qui permettent de mettre au jour et d’étudier les vestiges ensevelis de civilisations disparues” (Le Petit Robert)

Fouilles du Vieil-Evreux (Eure) – Chantier de la Société Française des fouilles archéologiques. Carte postale, vers 1913.
Saint-Bertrand-de-Comminges – Un chantier de fouilles. Carte postale, après 1912.

Dès le 19e s. et dans la première moitié du 20e s., le Vieil-Evreux et Saint-Bertrand-de-Comminges, pris en exemple ci-dessus, ont fait l’objet de nombreuses fouilles archéologiques destinées à étudier les vestiges des importantes villes gallo-romaines de Gisacum et Lugdunum Convenarum. Les cartes postales éditées à l’occasion mettent bien en valeur les maçonneries antiques mises au jour, mais laissent voir également les déblais accumulés, ainsi que l’environnement proche des sites.  La présence d’ouvriers ou de visiteurs est presque systématique, donnant certes l’échelle des vestiges mais nous rappelant finalement aussi l’ampleur physique de la tâche du fouilleur.

Fouilles de la Tène N°2 – Tranchée du 21 Avril 1908, Carte postale, 1908.
A partir de 1907 et jusqu’en 1917, le site protohistorique de La Tène (Suisse) fait l’objet de fouilles archéologiques planifiées, réalisées sous l’autorité d’une Commission des fouilles.

Les fouilles anciennes ont parfois consisté en des excavations réalisées essentiellement pour la recherche de mobiliers archéologiques, plus qu’en une étude de la stratigraphie. C’est le cas sur le site de La Tène en Suisse, fouillé par tranchées. Ici, et selon les contextes , une grande similitude visuelle peut donc exister avec les photographies de travaux d’aménagement.

2- Fouille dans le domaine des travaux : “Toute action de creusement faite dans la terre (pour les constructions, travaux publics, etc.)” (Le Petit Robert)

Dans le domaine du bâtiment, une fouille est un creusement réalisé dans le sol, en général après décapage de la terre végétale. Elle fait partie des travaux de terrassement et destinée à être remplie par le béton des semelles de fondation. Les fouilles sont destinées aux applications suivantes : réalisation des fondations ; dégagement des volumes des sous-sols ; pose des canalisations.” (Wikipédia)

Fouille pour la construction de la nouvelle maison de chirurgie des Diaconesses. Carte postale, début 20e s.

Les constructions urbaines donnent souvent lieu à des décaissements manuels importants  aux 19e et début du 20e s. Ces sont des fouilles. Elles sont visitées et parfois suivies de près par les membres de sociétés archéologiques, qui, comme l’indiquent les bulletins annuels, profitent de l’occasion pour observer des vestiges, prélever du mobilier et étudier le passé de leur ville. Archéologues et ingénieurs se sont ainsi rencontrés autour du terrain de fouille.

Pose des voies par procédé mécanique Albert Collet – Pose des traverses au lancé dans la fouille. Carte postale, circulé en 1910.
La construction des voies de chemin de fer nécessitait aussi des fouilles, légers décaissements du sol.

Dans le génie civil, les photographies témoignent de l’envergure des travaux de creusement entrepris pour la maîtrise et la gestion des eaux (construction de barrages ou de canaux). Ces fouilles spectaculaires sont documentées sous forme de reportages mais aussi de cartes postales pour la mise en valeur des grands chantiers.  Elles contrastent parfois nettement avec les photographies de fouilles archéologiques en termes de profondeurs atteintes et d’équipements pour le déblaiement.

Navigation de la Seine…. Dérivation éclusée et barrages de Meulan-Mézy : Vue prise du sommet du talus amont de la fouille, [Ecole nationale des ponts et chaussées] (Paris), [Ministère des travaux publics] (Paris), 1879-1886.
Source : gallica.bnf.fr, Bibliothèque nationale de France
Barrage du Cher – Fouilles de fondation du barrage. Vue amont. Carte postale, vers 1907, Ed. Grianta, Montluçon.
Lempdes (Haute-Loire) – Station électrique – Bétonnage des fouilles pour le barrage d’Allagnon, Carte postale, 1910.

Les constructions de barrages semblent avoir connu un certain succès dans l’histoire de la carte postale. De manière générale cependant, les grands travaux publics et donc les fouilles font  l’objet d’une valorisation et d’une diffusion par l’image photographique :   “qu’elle soit produite par les architectes ou les ingénieurs, [l’image d’architecture] tend à se standardiser sous la forme de séries restituant les différentes phases des travaux. Elle est utilisée dans un but administratif mais aussi démonstratif. Récupérée par les services municipaux, elle est stockée dans le portefeuille des Travaux publics. Elle illustre alors le discours des politiques et contribue à la conquête et à la conservation du pouvoir” (Miane 2016 : par. 39).

3- Fouilles d’extraction : “Action de fouiller la terre. Excavation pratiquée dans la terre pour mettre à découvert ce qui y est enfoui”. (Le Petit Robert)

Qu’il s’agisse de travaux publics (ci-dessus) ou d’exploitation, les fouilles et l’eau ont une relation privilégiée. Dans le domaine de l’extraction, la fouille représente une zone de dragage. Des étendues d’eau sont occupées jusqu’à épuisement des ressources subaquatiques.

Il est intéressant de noter sur les cartes postales de ces fouilles, l’absence quasi systématique d’ouvriers. Dans un contexte d’inactivité, la priorité est donnée aux bateaux, au paysage et seuls quelques promeneurs ou pêcheurs animent la scène. Sans doute la composition veut-elle concilier l’exploitation de ressources naturelles  avec le respect du paysage.

Les Fouilles au Parc du Château de Vigneux (Essonne). Carte postale, début 20e s.
Extraction de sable à l’aide de bateaux et d’engins élévateurs.
Juvisy (Essonne) – Les sablières, Entrée des Fouilles. Carte postale, vers 1920.
Extraction de sable dans la Seine.
Athis (Essonne) – La Seine et le Coteau vus des Fouilles. Carte postale, début 20e s.
Bateaux de dragage sur la Seine.

Le dragage et l’extraction en carrière, amenés à mettre au jour des objets, ossements ou fossiles, ont eux aussi rapidement intéressé les archéologues. Des liens étroits s’étaient noués de fait entre ces deux activités dans la deuxième moitié du 19e s.

Quel que soit l’objectif de la fouille du sous-sol, c’est bien la notion de creusement qui prime.  Le dictionnaire explicite l’étymologie du verbe “fouiller” par son origine latine fodicare (percer), issu de fodere (fouir, creuser). Elle renvoie directement au terme de “fosse“, du latin fossa (creux, trou, fossé, fosse). “Cette famille comprend fossette, fossoyeur, fossé, fossile (ces vestiges étant tirés de la terre) et fossoir (houe). Le verbe fodere a donné en français fouir qui a produit fouisseur, enfouir, serfouir et serfouette, et le terme d’archéologie enfeu. Il est aussi à l’origine de fouiller (et fouillis, fouille, et les verbes préfixés affouiller, cafouiller, farfouiller, refouiller “creuser”, trifouiller et peut-être bafouiller).” (Le Petit Robert)

 

Explorer, faire des recherches

Fouiller quelqu’un, chercher dans ses poches pour voir s’il n’y cache point quelque chose. Fouiller les manuscrits, les bibliothèques, y faire des recherches laborieuses. Faire des recherches. (Littré)

Fouille : Action d’explorer, en vue de découvrir quelque chose de caché (Le Petit Robert)

Toujours autour du vocable “fouille”, on trouve dans les banques d’images des vues de recherches dans le cadre de catastrophes (tremblement de terre, éboulement, effondrement de bâtiment, incendie, etc.). Il s’agit cette fois d’images “choc”, d’images d’information mettant en scène l’urgence d’une situation et les moyens humains déployés pour  retrouver des vies humaines. Cette fois, le fouilleur ne creuse plus la terre mais les décombres et les ruines dont il s’occupe sont en élévation. Le contraste entre ces photographies et celles des chantiers de fouilles archéologiques réside donc surtout dans ces arrière-plans menaçants puisque, paradoxalement, les individus peuvent prendre parfois une pose classique.

Le séisme de 1909 (ci-dessous) est le plus élevé enregistré en France. Il a touché le Sud-Est du pays, faisant 46 morts et de très importants dégâts matériels dans différentes villes (dont Rognes, Saint-Cannat, Lambesc).

En marge de ces fouilles enfin, qui nécessitent encore de chercher, fouir, déblayer, creuser la terre ou les décombres, il en reste une, plus inquiétante, qui confronte l’humain à lui-même. C’est la fouille de “corps”. Cette fois il ne s’agit plus d’un rapport à la terre ni à la matière, mais bien d’un rapport de force entre individus. Les armes ont remplacé les outils et les machines.

Agence Rol., En Irlande, fouille des passants. Photographie de presse, 1921.
Source : Source : gallica.bnf.fr, Bibliothèque nationale de France
Réfugiés de la guerre d’Espagne. La fouille au Boulou. Carte postale, 1939.

On le comprend, l’image elle aussi rend compte d’un passé, d’une histoire et d’une réalité humaine que les vestiges archéologiques ne nous dépeindrons jamais aussi clairement. Elle est donc à fouiller, à creuser sans modération.

Bibliographie :

Florent Miane, « Du document d’étude à l’image illustrative », in Hélène Bocard et Jean-Philippe Garric (dir.), Architectes et photographes au xixe siècle (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 18 juillet 2016, consulté le 31 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/inha/7161

Le Petit Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, édition 2003 (remaniée et amplifiée sous la direction de J. Rey-Debove et A. Rey).

Le Littré, Dictionnaire de la langue française, par E. Littré, 1874 : https://www.littre.org/

Trésor de la langue française informatisé, 2002 : http://atilf.atilf.fr/tlfi.htm

Voir  le dossier Inrap Histoire de l’archéologie


Une réflexion sur « Je fouille, tu fouilles, nous creusons »

  1. “En brûlant, en creusant un trou dans le réel, l’image allume une mèche. Les désirs se cristallisent. Par la fulgurance d’un regard qui franchit l’horizon, le passé est restitué. Du trou jaillit une étincelle où nous reconnaissons le passé, mais comme quelque chose d’inachevé, toujours ouvert.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.